Il fallait remonter au 9 mars 2013 pour voir l’équipe de Grande-Synthe se déplacer à la piscine des glacis de Douai pour y défier les jeunes issus du centre de formation du club de Pro A. Et malheureusement, ce déplacement ne s’était pas bien déroulé pour les Olympiens puisqu’ils avaient enregistré une sévère défaite 27 à 5.
Et pour ce premier déplacement de la saison sportive 2017/2018, les choses n’allaient pas être pour autant moins difficiles.
En effet le club douaisien proposait une génération de joueurs nés entre 1997 et 2002… destinée à intégrer à plus ou moins court terme l’équipe fanion du club. Avec une différence au niveau du nombre d’entraînement par semaine et un effectif beaucoup plus conséquent, il paraissait fort impensable que le club du littoral puisse faire un bon résultat en terre douaisienne ce soir-là.
Face à une équipe véloce, douée techniquement et dotée d’automatismes certains… il ne fallut que quelques aller-retour pour se rendre compte qu’il existait une nette différence entre les deux formations.
Gênés par une presse demi-terrain, ne laissant que très peu le ballon circuler, les poloistes synthois eurent du mal à se frayer un passage jusqu’au but adverse et se limitaient simplement à des tirs longues distances et des exploits individuels en un contre un et en pointe. Malgré le 7 à 2 enregistré à la fin du premier quart-temps les joueurs de Julian Vermeersch non pas démérités dans les efforts qu’ils ont fournis et ne se sont pas démotivés.
Par contre le deuxième quart-temps a été bien plus difficile à digérer notamment sur la condition physique, la fatigue se faisant déjà ressentir dès les premières minutes. Multipliant les fautes offensives, les pertes de balle trop rapide, les tirs mal agencés et les replis defensifs trop lent, les Olympiens commencent un peu à peu à perdre le moral… et encaissent en contre-attaque une multitude de buts. Avec le score de 20 à 4 à la mi-temps… la messe était dite…!
Plus généreux dans les efforts défensif et notamment sur l’agressivité des contacts pour la récupération de ballon, les Olympiens montrent un autre visage après le changement de côté. Après avoir reçu un coup de massue sur la tête en première partie du match l’OGS se ressaisit quelque peu et réalise une fin de match un peu plus aboutie en réalisant un – 10 (comparé au – 17 des 2 premiers quart-temps). 17 à 7 en 2ème partie de match.
Il faudra noter que malgré le nombre de buts concédés, Maxence Hivin aura réalisé une dizaine d’arrêts et n’aura jamais lâché malgré la trentaine de 1 contre 1 subit durant le match.
Personne n’est pas blâmer sur ce match. Il faut simplement se rendre compte que la différence entre les deux équipes s’évalue essentiellement sur la qualité et le nombre d’entraînement produit par les joueurs.
L’entraînement est la clé de la réussite…

Nos partenaires